Les tonneaux de chêne canadien se font remarquer par les vignerons

Deux vignerons amateurs au Canada ont lancé la première entreprise à fabriquer des tonneaux de vin à partir de chêne canadien rare, en utilisant des arbres cultivés dans une petite région du sud de l'Ontario. Ils disent que les barriques donnent des saveurs différentes de celles des chênes couramment utilisés pour la vinification.

«Il est distinct du chêne français ou américain», a déclaré Ann Sperling, vigneronne chez Malivoire Wine Co., l'une des nombreuses propriétés ontariennes faisant des lots d'essai avec les barriques canadiennes.

Le Dr Jim Hedges, assistant en chirurgie cardiaque à l'Hôpital général de Hamilton, et Michael Risk, professeur de géologie à la retraite à l'Université McMaster, ont fondé Canadian Oak Cooperage Inc. après avoir expérimenté avec de petits barils qu'ils avaient fabriqués à partir du bois.

«Nous éclaircissions de très vieux arbres surmaturés sur le boisé de ma sœur pour fournir plus de lumière aux jeunes arbres», a déclaré Hedges. «Quand j'ai reconnu le chêne, Mike et moi nous sommes demandé si nous pouvions l'utiliser pour fabriquer nous-mêmes quelques tonneaux de vin. Menuisier par passe-temps, Hedges a essayé de fabriquer un petit tonneau de vin, mais a rapidement découvert que la tonnellerie est une compétence qu'il vaut mieux laisser aux professionnels.

Comme il n'y a pas de fabricant de tonneaux de vin qualifié au Canada, Hedges and Risk a chargé quatre sacs d'équipement de hockey avec des bâtons coupés à la main et les a emmenés à la Gibb Bros. Cooperage à Hot Springs, Ark. et a commencé à expérimenter le vieillissement du Sauvignon Blanc, du Chardonnay et du Cabernet Sauvignon dans le nouveau barriques. «Ils semblaient donner une saveur similaire au chêne français», a déclaré Hedges.

En 2001, ils ont convaincu Derek Barnett, vigneron du vignoble haut de gamme Lailey en Ontario, de produire deux embouteillages de son Chardonnay cultivé sur le domaine, un vieilli en chêne canadien et un en américain. Le baril unique de 30 gallons de Chardonnay vieilli en chêne canadien 2001 a été bien accueilli par les écrivains et collectionneurs de vins locaux.

«Je pense que le chêne canadien a un réel potentiel», a déclaré Barnett. «À ce stade, les saveurs semblent un peu plus fortes que celles du chêne français, mais je pense que nous avons besoin de plus de temps pour apprendre les nuances du bois.

Pour le millésime 2002, Barnett a acheté six fûts de chêne canadien pleine grandeur de 225 litres (59 gallons) fabriqués par A & K Cooperage of Missouri à partir de bois de cœur vieux de 100 ans qui avait été séché à l'air pendant 24 mois. Plusieurs autres établissements vinicoles de l'Ontario ont produit des lots d'essai en chêne canadien, tout comme le directeur général à la retraite de Silver Oak Cellars, Dave Cofran, qui gère toujours la participation de 50% de Silver Oak dans A & K.

Cofran a produit trois merlots, un chacun en barriques pleine grandeur de chêne américain récolté au Canada, en France et dans le Missouri. «Notre propre chêne du Missouri avait les saveurs de vanille les plus fortes, le français ressemblait plus à une boîte à cigares et le bois canadien était à mi-chemin entre les deux», a déclaré Cofran. Il a ajouté que le caractère du chêne canadien est suffisamment unique pour mériter d'autres tests. «Ce n'est ni meilleur ni pire que les autres, juste différent.

Le chêne canadien est en fait Quercus alba, la même espèce à partir de laquelle les barriques américaines sont produites. Le chêne américain utilisé pour le vin est généralement cultivé dans les forêts caroliniennes de la région des Grands Lacs inférieurs et des plaines inondables du Mississippi, y compris l'Alabama, l'Arkansas, les Carolines, l'Indiana, le Kentucky, le Missouri, l'Ohio, le Tennessee et la Virginie. Selon la tonnellerie française Seguin-Moreau, le chêne américain a des composants qui lui confèrent deux à cinq fois le potentiel aromatique du chêne européen.

Le chêne français est de différentes essences, principalement Quercus sessiliflora (aussi connu sous le nom sessilis ) et Quercus robur ou pedunculata. Une grande partie du bois pour les tonneaux de vin est cultivée dans les forêts centrales de l'Allier, Nevers et Tronçais, et dans la forêt des Vosges du nord près de la région d'Alsace. Il a tendance à avoir un grain plus serré et des pores plus petits que le chêne américain. Les vignerons utilisent également du chêne des pays d'Europe de l'Est, comme la Hongrie.

Pour le chêne canadien, «Les saveurs sont plus proches du [chêne des] Vosges, qui pousse dans une région plus fraîche, un peu comme la nôtre», a déclaré Sperling de Malivoire. «Il est trop tôt pour dire quelle est la gamme complète des caractéristiques du chêne canadien. Ces vins en sont encore à leurs balbutiements.

Cette année, Canadian Oak Cooperage a produit 120 barils de 59 gallons à vendre à 850 $ CAN (650 $ US) ainsi que quelques fûts de 15 gallons à 375 $ CAN (285 $ US) pour le marché de la vinification à domicile.

«Dès que le marché nous acceptera, nous pourrions nous préparer à en fabriquer plusieurs centaines», a déclaré Hedges. «Je déteste vendre ce truc comme revêtement de sol.

# # #

En savoir plus sur les fûts de chêne et leur contribution au vin:

  • Sept. 30, 2002
    Arômes de chêne

  • 31 juillet 2001
    Fabrication de barils

  • 15 octobre 2000
    Le tonnelier français se tourne vers le chêne russe

  • 18 janvier 1999
    Les barils chinois entrent dans les vignobles américains

  • 28 février 1998
    La dégustation de Napa montre du chêne américain