La majorité à Bordeaux: six millésimes de Château Margaux

Corinne Mentzelopoulos, propriétaire du Château Margaux 1er cru de Bordeaux, n'hésite pas à mettre en perspective son rôle prestigieux. «Je dis souvent que nous ne sommes pas des créateurs, nous ne sommes pas des vignerons», a-t-elle déclaré samedi après-midi lors du séminaire de clôture du New York Wine Experience. «Nous sommes au service de Margaux, qui est bien plus grande que nous.

quelle couleur de vin est le pinot noir

Des mots humbles pour quelqu'un d'aussi accompli. Mentzelopoulos a repris le domaine historique de l'appellation du même nom alors qu'elle n'avait que 27 ans, à la suite du décès inattendu de son père André en 1980. Elle a investi massivement dans la modernisation du château, de la cave et des vignobles et, peut-être le plus important, a embauché un jeune Paul Pontallier en 1983.



Mentzelopoulos a souligné que les six vins servis ont été élaborés sous la direction de Pontallier, qui décédé en mars 2016 . «La qualité que vous trouverez, espérons-le, dans ces vins est vraiment due à lui», a-t-elle déclaré. Mais Margaux est toujours entre de bonnes mains, a-t-elle noté: son successeur, Philippe Bascaules, avait passé 21 ans au château avant un passage de cinq ans à Inglenook en Californie.

La gamme a commencé avec le 100% Sauvignon Blanc Château Margaux Bordeaux Pavillon Blanc 2011 (95 points, 155 $), inhabituel pour les blancs de Bordeaux, qui sont généralement mélangés avec du sémillon. Servi à partir de magnum, il a montré une acidité vivifiante et une salinité distinctive.

Cinq millésimes du Margaux grand vin a suivi, illustrant le passage du domaine du Merlot au Cabernet Sauvignon au cours des 40 dernières années. Bordeaux a connu une série de mauvais millésimes dans les années 1970, et le Merlot plus facile à mûrir et à plus haut rendement a trouvé la faveur dans toute la région. Au cours des décennies suivantes, cependant, Mentzelopoulos et Pontallier ont affiné le grand vin sélection parcellaire, privilégiant les parcelles de premier choix de Cabernet Sauvignon sur des sols calcaires et caillouteux.



«Comme vous connaissez mieux chaque lopin de terre, une fois que vous avez le meilleur cabernet possible, le Merlot ne peut plus rivaliser», a-t-elle déclaré. Le Château Margaux Margaux 2009 (97, 1250 $) est un excellent exemple, de l'un des meilleurs millésimes bordelais du 21ème siècle, le cabernet comprend 87 pour cent de l'assemblage, tandis que le merlot n'en représente que 9. Il montrait déjà des signes de développement, avec des notes d'olive noire et le tabac.

En revanche, le Margaux 2004 (94 points, prix actuel de 398 $) a le double du pourcentage de Merlot. Ce n'était pas un millésime à succès, mais Mentzelopoulos a déclaré qu'elle voulait montrer un millésime qui buvait bien quand il était plus jeune, pour réfuter l'idée que les meilleurs Bordeaux doivent être conservés en cave pendant des décennies.

En contrepoint, elle a suggéré que le Margaux 1995 (97, prix actuel de 500 $ aux enchères) pourrait vieillir encore 50 ans, mais est également potable maintenant à 22 ans. Il a montré un noyau solide de fruits, avec des accents de poivre noir. Fait intéressant, le Margaux 1989 (97, prix de vente aux enchères actuel de 411 $) montrait des fruits beaucoup plus brillants, avec des composants parfumés, mais encore des notes savoureuses vers la longue finale.



En conclusion de la dégustation, le Margaux 1986 (95, prix de 523 $ aux enchères actuel), coulé de magnum. Mentzelopoulos dit que le millésime était une référence: cette année-là, après avoir rendu visite à un collègue vigneron à Pomerol et observé le travail du vignoble, elle a commencé à faire baisser les rendements - un tournant pour le château. Le vin présente des fruits noirs, avec des notes fumées et minérales.

Le rédacteur en chef James Molesworth a commenté que Château Margaux est le seul premier cru à ne pas avoir d'autre projet de vignoble. Mentzelopoulos a répondu simplement: «Je suis convaincu que nous ne ferions pas quelque chose d'aussi magique que Margaux.