Premier champagne rosé? Plus vieux que vous ne le pensez

Alors que le champagne rosé a connu de fortes ventes ces dernières années, des documents récemment découverts prouvent que le champagne rosé n'est pas une mode temporaire. Les historiens de Champagne Ruinart ont trouvé des papiers indiquant que le 14 mars 1764 - il y a 250 ans - Ruinart vendait des bouteilles de champagne rosé. On pensait auparavant que Veuve Clicquot était la première à produire et à vendre du champagne rosé, en 1775.

«C'était vraiment une grosse surprise», a déclaré Isabelle Pierre, une historienne qui analyse les archives de la maison pour Krug, Ruinart et Veuve Clicquot, qui appartiennent toutes au conglomérat français LVMH. «Notre travail est beaucoup de chance. Vous choisissez une information dans un document, parmi des centaines de documents, et pensez que vous pourriez avoir quelque chose.



Fondée en 1729, Ruinart a été la première maison à vendre exclusivement du Champagne, ou «vin à bulles», comme on l'appelait dans les livres de la maison à l'époque. Une liste d'entrée `` un panier de 120 bouteilles, dont 60 étaient Oeil de Perdrix , «dans les livres de comptes de la maison de 1764, c'était la découverte initiale qui conduisit les archivistes à croire que Ruinart mettait en bouteille et vendait du champagne rosé avant Veuve Clicquot.

Oeil de Perdrix , ou `` œil de la perdrix '', est un terme français qui fait référence à la couleur cuivre pâle d'un œil d'oiseau récemment abattu, et il est encore utilisé par une poignée de producteurs aujourd'hui, en Champagne ainsi que pour les rosés encore venus d'ailleurs En France. Vers la fin du XVIIIe siècle, le vin était plutôt étiqueté comme rosette , puis plus tard en rosé, comme c'est le cas aujourd'hui. Ces bouteilles originales de oeil de perdrix partageait sans aucun doute les teintes rose pâle ou saumon associées à de nombreux rosés modernes, mais il est peu probable que les vins aient un goût très similaire à la sortie.

«Je suppose que le vin a un goût très différent de celui des vins d'aujourd'hui», a déclaré Frédéric Panaïotis, chef de cave de Ruinart. «À l'époque, il y avait différents cépages, différentes méthodes de production. J'adorerais savoir, mais comment peux-tu dire? Les Champagnes d'aujourd'hui sont élaborés à partir de Chardonnay, Pinot Meunier et Pinot Noir, tandis que la Champagne au 18ème siècle permettait une variété de raisins beaucoup plus large, dont le Pinot Noir et le Pinot Meunier, mais aussi des variétés peu connues aujourd'hui comme le Fromenteau ou le Petit Meslier. Et notamment, aucun Chardonnay n'a été utilisé.



La méthode de production est plus essentielle au champagne rosé, et Panaïotis a deviné que le oeil de perdrix a probablement été créé par erreur, en plaisantant: «Peut-être qu'un gars ne s'est pas réveillé le matin, ou il manquait de personnel, donc il y avait un contact cutané supplémentaire.

la différence entre le verre et le cristal

Après avoir analysé des documents d'archives supplémentaires, l'équipe de Ruinart estime qu'il est probable que la macération a été utilisée pour produire le oeil de perdrix , et cela aurait très bien pu être un accident la première fois que cela s'est produit. Avec la macération, les raisins à peau noire sont écrasés et les peaux restent en contact avec le jus plus longtemps que ce qui est normal pour le Champagne blanc. Les peaux sont ensuite retirées avant la fermentation. Le résultat est un champagne rose pâle.

La grande majorité des rosés actuels sont élaborés par assemblage, une méthode fermement attribuée à Madame Barbe-Nicole Clicquot de Veuve Clicquot. Insatisfaite du goût du champagne rosé obtenu par macération, la célèbre veuve a beaucoup expérimenté d'autres techniques et variations sur le processus de production, optant finalement pour mélanger le vin rouge et le vin blanc (avant la deuxième fermentation dans la bouteille dans laquelle les bulles sont créées) afin d'atteindre les résultats souhaités pour le champagne rosé.



«L'innovation de Madame Clicquot, qui a ajouté des vins rouges à l'assemblage en 1818, était visionnaire», a déclaré Dominique Demarville, chef de caves de Veuve Clicquot. À propos de la révélation récente, il a ajouté: «[C'est] une bonne nouvelle pour Ruinart, mais aussi pour Veuve Clicquot et pour tous les producteurs de Champagne. Cela montre que la demande de champagne rosé existait il y a plus de 200 ans - ce n'est pas une tendance, mais un marché constant ».

Ci-dessous, d'anciens registres de ventes montrent une commande de ce qui était probablement du rosé pétillant en 1764. (Cliquez pour agrandir.)

Gracieuseté de Ruinart