La double vie dans le vin de John Malkovich

Ayant grandi dans la ville minière de Benton, dans l'Illinois, John Malkovich dit qu'il «n'a même jamais entendu parler» du vin.

«Mes parents auraient une sorte de lait de poule à pointes une fois tous les 20 ans et c'était à peu près tout», ironise-t-il sèchement. «À l'université, mes amis étaient ivres 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ou sous acide ou autre. Je n’ai jamais été ni toxicomane ni buveur de drogue. »



En 1986, à l'âge de 33 ans, il a été présenté à Cognac à Los Angeles tout en répétant le personnage de Pale (surnommé pour la désignation Cognac Very Special Old Pale) pour la production théâtrale originale 1987 de Graver ça .

Mais ce n'est qu'à la quarantaine que Malkovich s'est plongé dans le monde des vins fins tout en passant de plus en plus de temps à Londres et à Paris, et dans le domaine de Provence qu'il a acheté en 1994. Il a ensuite planté la propriété en pinot noir et cabernet, à partir de une étiquette de vin de boutique, Les Quelles de la Coste, avec sa partenaire, la réalisatrice Nicoletta Peyran. (Lisez la première partie de cette interview, ' Faire du vin John Malkovich . ')

«J'ai eu la chance, ou le malheur, de travailler avec des écrivains anglais qui ne se sont réveillés qu'après trois bouteilles», plaisante Malkovich.



Parmi ceux qui ont contribué à alimenter son enthousiasme pour le vin, le romancier et scénariste David Ambrose, qui vivait à quelques centaines de mètres de Malkovich dans les montagnes du Luberon, en contrebas du village pittoresque de Lacoste.

Malkovich se lève de la table sur sa terrasse arrière aux Quelles, où nous avons bavardé par une journée de septembre claire et venteuse, et se dirige vers le bord de son vignoble, où il montre la maison d'Ambrose.

Malkovich est étonnamment doux, sa voix est presque un murmure mesuré. Mais quand il raconte une histoire, son visage s'illumine et sa voix passe à la vitesse supérieure.



'Mon garçon, quand vous êtes allé là-bas pour le dîner', se souvient Malkovich des fêtes d'Ambrose, 'ils avaient ce genre de gobelets que vous deviez mettre sur votre épaule [pour soulever] qui contenaient comme 30 livres de vin.'


Robert Camuto Meets… est une chronique régulière du rédacteur en chef italien Robert Camuto. Explorez plus de ses messages!


Bien que Malkovich dise qu'il a réduit sa consommation de vin dans la soixantaine - en fonction de son besoin d'une grande mémoire et de courir à 100% pendant les représentations théâtrales - il a conservé ses préférences pour une gamme éclectique de grands rouges audacieux.

«Je suis un con pour les super toscans», lance-t-il. Il est également fan du célèbre Buçaco rouge (un assemblage de vins de Barraida et Dão), difficile à trouver, le «vin de la maison» du Bussaco Palace Hotel, dans le centre du Portugal , une interprétation fantaisiste et romantique du gothique portugais du XIXe siècle. 'C’est un endroit figé dans le temps, et le vin est fantastique.'

Les goûts de Malkovich vont également aux cabernets californiens, aux pinot noirs du nord de la Californie et de l'Oregon et aux vins à base de tempranillo de la Ribera del Duero en Espagne.

Il dit ne pas aimer le grenache ou la syrah - «trop de réglisse» - mais fait des exceptions, respectivement, pour les vins du Priorat en Espagne et de l’Hermitage dans la vallée du Rhône en France.

Il se souvient d'une bouteille de M. Chapoutier Ermitage des années 1990 qu'il a bu il y a plus de 20 ans. «C'était comme un hallucinogène. Cela vous a mis sur une autre planète », s'extasie-t-il. 'Il y avait le goût, mais ensuite l'effet: c'était comme un champignon magique!'

Avec sa curiosité innée, Malkovich est attiré par les histoires interconnectées du monde du vin. Il a été fasciné lors d'un voyage en Afrique du Sud pour découvrir comment la vinification du Cap-Occidental a été influencée par les Français, résultat de l'exode des Huguenots au XVIIe siècle, avec de nombreux agriculteurs expérimentés s'installant à Franschoek.

combien de matières grasses dans le vin rouge

«Plus vous êtes autour de [vin] et vous y plongez, plus vous en savez. Mais plus vous en savez, plus vous ne savez pas », dit-il. «C’est un mystère incroyable.»

Il s'anime à nouveau quand il raconte the story of the start of Les Quelles de la Coste , où les trois premiers millésimes - 2011 à 2013 - ont produit du Cabernet de qualité, mais ont été suivis par le 2014 décevant.

«Le 2014 était comme dans un monde différent. Pourquoi? Cela n’a pas de sens. Même terre. Même endroit. Et pas du tout le même goût ou quelque chose de proche. Le climat était peut-être un peu différent. Ce ne fut pas une bonne année. Mais le Pinot, qui était à 100 mètres, était fantastique.

En plus du vin, Malkovich s'est plongé dans la culture du Cognac en 2015, co-écriture et jeu d'acteur dans le court métrage de science-fiction 100 ans , sponsorisé par Rémy Martin et qui sortira en 2115 - correspondant au temps nécessaire pour fabriquer une bouteille de Cognac Louis XIII de l’entreprise.

Le personnage excentrique et dévot-peut-être de Malkovich semble aller plus loin qu'une image alimentée par ses rôles énervés.

Il vient de terminer une performance d'été polarisante de Blé amer , La comédie noire de David Mamet, dans laquelle il a joué un Harvey Weinstein à peine voilé.

«Certaines personnes ont adoré. Certaines personnes détestaient ça. Certaines personnes ont pensé que c'était choquant. Certaines personnes ont pensé que c'était terriblement mauvais et terrible à faire. Et comment osons-nous. Et certaines personnes ont pensé: «Dieu merci, vous avez réussi», dit Malkovich. 'C'est la vie. Et le vin n'est pas différent: certaines personnes ne jurent que par ceci ou aiment tel ou tel vin, ou telle ou telle variété, ou telle ou telle chose. Mais en fin de compte, tout cela est profondément personnel. '

Ce soir-là, au dîner dans un bistrot animé du village de Bonnieux, le genre d'endroit que Malkovich préfère aux restaurants de nappes blanches plus calmes, la conversation s'est tournée vers la fraude au vin. Malkovich a joué plus de méchants rusés qu'il n'y a de cépages dans le Rhône, alors j'ai pensé qu'il aurait un aperçu de l'esprit de l'escroc.

Malkovich devient presque essoufflé en racontant à un petit groupe, y compris un importateur canadien et un distributeur français, comment il est devenu fasciné par le les fameuses «bouteilles Thomas Jefferson» truquées mis aux enchères par Christie’s et provenant de Collectionneur de vin allemand Hardy Rodenstock , décédé l'année dernière.

«Ce type était un connard, mais tellement intelligent», dit Malkovich, racontant des détails sur la vie improbable de Rodenstock dans une petite ville allemande. Après avoir lu un 2007 New yorkais article sur les bouteilles vendues aux enchères en tant qu'originaux appartenant au président américain et connaisseur de vin, Malkovich a soumissionné sans succès pour les droits du film.

«Mes deux grands-pères étaient les plus grands bullshitters du monde, et j'ai passé beaucoup de temps avec eux quand j'étais enfant», dit Malkovich. 'Alors, quand je lis quelque chose comme ça, j'aime beaucoup ça - c'est une sorte de génie.'

Il n’est pas difficile de l’imaginer incarnant le génie de Rodenstock. Peu de producteurs de vin auraient de l'affection pour cela, mais c'est John Malkovich qui parle.

«J'aurais aimé», dit-il joyeusement, «de l'embaucher comme vigneron.»


Les Quelles de la Coste ont récemment conclu des accords avec deux petits importateurs américains, et les vins seront disponibles début 2020 le long de la côte Est et au marché Monsieur Marcel Gourmet de Los Angeles.