La vente aux enchères record de Lafite Rothschild rapporte 7,86 millions de dollars

Vins rares issus des caves de Château Lafite Rothschild commandé des prix stratosphériques lors d'une vente aux enchères de Zachys le 30 mars au Bernardin Privé à Manhattan. La vente de sept heures, organisée pour célébrer les 150 ans de la propriété Rothschild du premier cru de Bordeaux, a rapporté plus de 7,86 millions de dollars. Zachys a indiqué que 100 pour cent des 691 lots - représentant plus de 3 000 bouteilles de vin - ont été vendus.

«C'est une occasion unique de posséder ces vins», a déclaré le président de Zachys, Jeff Zacharia. «À moins d’acheter le château, vous ne reverrez plus ces bouteilles.»



Un déjeuner de trois plats accompagné de bouteilles de grand format de Lafite a créé une atmosphère conviviale lors de la vente, avec des enchères énergiques en chambre concurrençant une forte activité sur les téléphones et en ligne. Plus de la moitié des vins vendus à des soumissionnaires américains, 13% à des acheteurs d'Asie et 15% à des collectionneurs européens.

Le caractère historique de l'offre - qui comprenait des bouteilles rares de 1868, 1869 et 1870 Lafite en plus des sorties des millésimes salués de 1945, 1959, 1961 et 1982 dans de multiples formats - a été martelé dès le bloc de vente aux enchères. (La vente est venue juste comme Bordeaux se prépare à présenter son nouveau millésime .)

L'intérêt des soumissionnaires pour les parcelles supérieures était palpable. En tête du peloton était un impérial (6 litres) du 1959, qui s'est vendu 160 550 $, près du double de l'estimation haute. Non loin derrière se trouvaient des bouteilles de 1868 et 1869, vendues toutes deux 123 500 $ contre des estimations élevées de 20 000 $ et 50 000 $, respectivement. Le soumissionnaire gagnant pour le 1868 a également marqué un repas de fête pour quatre au château.



Une bouteille du 1870, décrite dans le catalogue de vente aux enchères comme l'un des millésimes pré-phylloxéra les plus forts, s'est vendue 80 275 $, plus de trois fois l'estimation haute. Sur les 11 bouteilles du XIXe siècle présentes sur le bloc, 10 ont établi des records de vente aux enchères.

Parmi les autres grands voyageurs, citons un magnum de 1925, acheté pour 86450 $, deux lots d'une seule bouteille de 1945, achetés pour un total combiné de 123500 $ et deux caisses complètes de 1982, acquis pour 80275 $ et 74100 $ contre des estimations élevées de 48000 $ pour chacun.


Vous souhaitez recevoir les dernières nouvelles sur les vins de collection et le marché des enchères? S'inscrire pour Spectateur du vin Newsletter gratuite de Collecting par e-mail et recevez une nouvelle critique de vin de premier ordre, collectant des questions et plus, livrées directement dans votre boîte de réception toutes les deux semaines!




Les millésimes récents ont également affiché des chiffres impressionnants, les impériaux de 2009 et 2010 se chiffrant à 13 585 $ chacun, un cran au-dessus des estimations élevées de 10 000 $. La comptabilisation de la vente concernait des sélections d'autres titres des Domaines Barons de Rothschild (DBR), notamment Château L’Evangile dans la maison Pomerol Sauternes Château Rieussec et le second vin de Lafite, Carruades de Lafite .

Les bases de la vente aux enchères ont été fixées par Zacharia et la nouvelle présidente de DBR, Saskia de Rothschild , qui a succédé à son père, Baron Eric , en 2018. Citant l'histoire de collaboration de leurs familles, Zacharia a exprimé son intérêt pour l'introduction de la prochaine génération de Lafite sur le marché de la collection. Les représentants de Zachys ont procédé à l’analyse in situ des bouteilles dans les caves du château et les ont dégustées à travers de nombreux millésimes.

«J’ai probablement bu plus de Lafite au cours des deux dernières semaines que de toute ma vie», a déclaré Zacharia.

Les bouteilles plus anciennes ont été rebouchées au château selon les besoins, mais complétées avec le même millésime dans tous les cas. Les vins, apposés avec des étiquettes de sécurité et des étiquettes spécifiques aux enchères, ont été expédiés dans des conteneurs à température contrôlée du château aux installations de Zachys.

Bien que l'intérêt des collectionneurs pour les Bordeaux matures de la part des producteurs d'élite reste fort, selon Charles Antin, spécialiste international du vin à Zachys, la demande fébrile de la Bourgogne a quelque peu éclipsé la catégorie ces dernières années. La Bourgogne a devancé Bordeaux à Zachys en 2017 et 2018. L'an dernier, les 10 meilleurs lots de vins de la maison étaient tous de Bourgogne.

Lorsqu'on lui a demandé comment la vente du 30 mars pourrait influencer le marché à l'avenir en 2019, Antin a établi un contraste entre les embouteillages du XIXe siècle et les versions actuelles. «Lorsque nous vendons du vin comme le [1868], c'est comme vendre une œuvre d'art unique en son genre», a-t-il déclaré. «Pour certaines des bouteilles les plus récentes, la vente aux enchères établit un historique des prix qui pourrait affecter les prix futurs, mais pour le 1868 et d'autres comme lui, ces vins sont si rares qu'ils sont effectivement hors du marché.» Antin a noté que seules quatre bouteilles du 1868 restent encore dans les caves de Lafite et que la probabilité qu’elles soient mises à la disposition du public est extrêmement mince. «Ce sont des bouteilles qui ont vécu les guerres mondiales», a déclaré Antin. 'Il n’y a rien d’autre comme ça.'